4 jeunes à la découverte du drone et des métiers qui l’entourent avec Konk Ar Lab

Dans le cadre du partenariat avec la Fondation Orange, Manu et Noémie de Konk Ar Lab ont encadré une semaine de découverte du drone et des métiers qui l’entourent à un groupe de 4 jeunes de la Mission Locale.

 

JOUR 1 : Rencontre et découverte

L’accueil des jeunes a commencé par une visite du FabLab et par des jeux de cohésion suivis par une introduction aux drones et une présentation du programme de la semaine. La première journée s’est terminée à l’Atelier Z à Névez Kervic par l’exploration de la zone de vol et de cartographie ainsi que par la découverte des composants des drones. Une entrée en matière très positive pour Océane, Maxence, Thomas et Guillaume enthousiastes quant à la découverte de la suite des activités.

 

JOUR 2 : Rencontre avec un photographe professionnel et activités manuelles

Nos apprentis dronistes ont eu la chance de rencontrer le photographe professionnel et pilote de drone Benoît Stichelbaut et d’expérimenter leur premier vol accompagnés de l’intervenant.

Histoire et théorie

“Spécialisé dans la photographie marine et de paysages, ces prises de vue se faisaient initialement par hélicoptère. Le drone a permis de remplacer ces vols onéreux. Vers 2011, c’était plus du modélisme avec des drones sur lesquels on mettait un appareil photo. La technique des premiers était assez compliquée, il n’y avait pas de GPS précis, une stabilisation moyenne… L’arrivée des drones grands publics a tout changé. Au départ, les temps de vol était très court à cause des petites batteries. Maintenant les durées de vol sont beaucoup plus longues et on peut bien suivre l’état de la batterie. Le vol est très simple avec des atterrissages automatiques au point de départ.
La réglementation évolue en permanence, en suivant les avancées technologiques. Afin de piloter légalement, il faut obtenir un diplôme de pilote, avec une partie théorique similaire aux ULM.

Côté photographie, il faut changer son approche par rapport à l’hélicoptère, il n’est plus nécessaire de voler très haut. Benoît est amené à venir en support drone vidéo sur des tournages ponctuels (mise a l’eau de bateau…).
Finalement, l’évolution des drones se discerne surtout dans l’emport de caméra de meilleure qualité avec de meilleures optiques. La facilité de vol est maintenant bien aboutie.”

 

Préparation du vol

Plusieurs étapes sont à prendre en compte avant de faire voler un drone :

  • Obtenir une autorisation de vol
  • Bien comprendre et observer son environnement de vol et les obstacles (arbres, lignes téléphoniques…)
  • Installer une zone de décollage bien délimitée. Le problème c’est que parfois ce balisage attire les curieux et peut être gênant pour la concentration et le vol
  • Le drone une fois allumé cherche son point GPS
  • l’iPad connecté à la télécommande permet de lancer l’application de vol. Tous les réglages de vols et de la prise d’image se règlent via l’application
  • Une fois tous les paramètres validés le décollage est autorisé

Après la mise en place des paramétrages et les explications aux jeunes, Benoît leur a fait découvrir les différents modes de vol et des commandes. Cette intervention s’est terminée par une séquence de prises de vue avec différents travelling (latéral, haut-bas…) au dessus du quartier de Kérandon.

 

Atelier soudure et montage du drone DJI F450

L’après-midi était consacrée à des ateliers manuels en passant de la soudure au montage de drone. Comme quoi, le drone passe aussi par de la technique !

 

JOUR 3 : Rencontre avec L’unité de Drone des Sapeurs Pompiers et montage de boîte pour le drone

Rencontre de la matinée avec 2 pilotes de l’unité d’appui existante depuis 14 mois, composée de 4 drones et de 10 télé-pilotes. Les appareils sont affectés dans les centres d’incendie et de secours de Brest, Concarneau, Morlaix et Quimper.

Présentation

L’utilisation de drones a pour objectif principal d’apporter un soutien visuel en intervention, notamment sur des sites inaccessibles et/ou dangereux. Ils ne cessent de se développer et leur efficacité opérationnelle est de plus en plus probante. Les drones trouvent aujourd’hui leur place dans l’univers des sapeurs-pompiers. Ils permettent de transmettre des images en temps réel et de disposer ainsi d’une vision globale du sinistre, utile pour définir la stratégie de lutte.
Les drones sont adaptés à différents types d’intervention : les feux de végétation, les interventions en falaise, les incendies dans les bâtiments industriels ou dans les centres-villes historiques, les recherches de personnes, les pollutions de cours d’eau, les accidents de transport de matières dangereuses, les opérations de reconnaissance (inondations, bâtiments menaçant de s’effondrer, éboulements de terrain), etc.
Sur certaines interventions, les sapeurs-pompiers peuvent être amenés à fixer un support sur la partie inférieure du drone permettant d’y accrocher des languettes de détection de substances chimiques. La Réaction est visible au changement de couleur des languettes en fonction du produit détecté. Disposées devant la caméra, l’information est donc directement visible par les pilotes via retour écran.
Depuis peu, l’unité s’est liée d’un partenariat avec une start-up Bretonne, en faisant l’acquisition d’une application afin de transmettre en direct les prises de vue du drone sur 8 écrans différents (smartphone, ordinateur, tablette, TV etc..). Cette innovation permet aux secouristes, encadrants et tout autre professionnels d’avoir une meilleure visibilité des interventions.

Pratique

Les télé-pilotes encadrants nous ont fait une démonstration de vol sur le site de la caserne par un exercice de recherche de corps. Le but était de retrouver via le retour écran un mannequin caché dans un champ voisin. Ils nous ont informé de leur souhait d’acquérir un nouveau drone dont la caméra serait équipée d’un capteur thermique afin de faciliter la recherche de personne.


Montage de boîte pour le drone

La journée s’est poursuivie au FabLab par le montage d’une boîte pour le drone. Les jeunes ont pu découvrir l’utilisation de la découpeuse laser afin de préparer les différentes parties du boitier grâce à plusieurs étapes :

  • Passage des dimension dans le générateur de boîte en open source (lien)
  • Génération du fichier svg
  • Préparation du fichier de découpe dans le logiciel LaserCad
  • Découpe du bois
  • Assemblage des planches et collage

Expérience fortement appréciée par les jeunes même si ils sont repartis avec de la colle plein les doigts !

 

JOUR 4 : Rencontre avec un droniste de Concarneau Cornouaille Agglomération et spectacle de professionnels de course de drone

 

Rencontre avec un droniste CCA

Jeudi matin, Olivier a présenté le drone Yuneec Typhoon utilisé par la CCA pour l’initiation au drone. Les jeunes ont pu assister au montage des ailettes et à la démonstration de vol sous le soleil au dessus du jardin partagé du quartier de Kérandon.
La matinée s’est terminée par les finitions de la boîte de rangement du drone DJII F450. Quelques coups de peinture et le tour est joué !

 

 Rencontre avec les Drone Racers, pilotes de course de Drone

La journée de jeudi s’est terminée par une soirée en compagnie de pilotes de course de drones appelés les “Drone Racers”. Quand un petit engin volant passe de 0 à 140km/h en 1 seconde, il y a de quoi en prendre plein les yeux !
Les jeunes ont eu la chance de suivre les courses de plus près grâce au lunettes de réalité virtuelle directement liées aux drones par fréquence radio. “On se serait cru dans un jeu vidéo !” selon Océane.
Âmes sensibles s’abstenir, ça fait tourner la tête !

 

JOUR 5 : Vol cartographique à l’Atelier Z, barbecue et traitement des prises de vue

Pour terminer cette semaine riche en découvertes, les jeunes sont de nouveau passés à la pratique par des sessions de vols pour cartographier le bois d’Atelier Z à Névez.

 

Préparation

Afin de travailler en binôme, les jeunes se sont affrontés dans un jeu de palet de pour constituer les équipes.

 

Pour la petite histoire, l’Atelier Z est une maison en autonomie énergétique ayant pour objectif de travailler sur une ressource locale en bois via le bois. Ce lieu atypique prône l’autonomie alimentaire et le “slowfood” : production maraîchère et arboriculture dans le bois.

Vol cartographique du bois

Chaque équipe a préparé puis présenté son plan de vol avec l’identification des dangers, la zone de décollage, et la direction du vent.

À la suite des prises de vue et d’un moment convivial autour du barbecue venait l’étape d’assemblage des photos prises avec le drone et la superposition sur Open Street Map pour finir la journée.

 

Conclusion de la semaine

Océane, Maxence, Thomas et Guillaume terminent cette semaine le sourire aux lèvres. Ils retiennent tout particulièrement la convivialité, motivation et le bon esprit d’équipe qui ont régné lors de ces 5 jours, leur ayant permis de se mettre rapidement à l’aise et de s’impliquer au maximum dans les activités proposées et d’en apprendre tous les jours. Manu et Noémie quant à eux sont ravis d’avoir pu encadrer une équipe curieuse et très motivée, et remercient tout particulièrement les professionnels pour leurs interventions lors de cette semaine de découverte.

Un projet réussi pour la Mission Locale et le FabLab de la Baie !